Mon compteMon panierVers-Land » Références
Références

Sommaire exécutif des expériences et de l’évolution des
techniques de jardinage hors sol des jardins sur les toits
Décembre 2005

 


Benjamin Grégoire


Responsable du jardin démonstratif
A. Étude du modèle semi-hydroponique
I. Expérience de capillarité et capacité d’absorption des paniers des bacs à mèches
Bien que le mouvement capillaire de la solution nutritive du réservoir peut-être amélioré
par la composition, le placement et le nombre de mèches, une autonomie complète en eau
n’a pas été assurée par l’utilisation de mèches textiles. Pour de meilleurs résultats, un
panier devrait être muni d’au moins 4 mèches de nylon ou de géotextile. Dans la mesure
où les mèches traversent le substrat du panier, le placement ne semble pas important.
Notre substrat peut recevoir seulement 55 ml de solution nutritive additionnelles par litre.
L’excédent se retrouve dans le réservoir. Par conséquent, la fertigation ne semble pas
être une option pour nos modèles semi-hydroponiques.
II. Investigation de différents types de fertilisants organiques et leurs applications
dans les bacs et sceaux à mèches.
Bien que certains modèles (demi-baril et sceau) donnent des résultats comparables avec
l’utilisation d’engrais organique en substrat, de règle générale nous ne pouvons substituer
un fertilisant organique standard à un engrais hydroponique sans compromettre la qualité
des plantes.
Nos résultats indiquent que le fumier de poule Acti-sol réussi mieux que les deux autres
engrais organiques secs testés (Myke’s et Terratonic). Par contre, l’expérience est à
répéter avec un contrôle des quantités de macro nutriments plus rigoureux.
Le lessivage de notre substrat riche en matières organiques est responsable de la majorité
des particules dissoutes de l’eau du réservoir. Limiter le lessivage pourrait améliorer la
santé du milieu racinaire.
III. Investigation de différents types de fertilisants commerciaux et de modes de
gestion des tubes à laitues.
 
La solution nutritive organique Botanicare permet un rendement similaire à un engrais
hydroponique de synthèse chez les laitues. Par contre, la qualité des plants semble être
bonifiée par Botanicare.
Des doses plus petites, mais plus fréquentes d’engrais semblent causer des déficiences en
éléments majeurs. Nos concentrations de base sont probablement déjà au minimum.
 
Le taux de vidange des tubes n’affecte pas la qualité des plants. Par contre, une aération
constante de la solution nutritive et la stérilisation des tubes entre les récoltes pourraient
aider à réduire la présence de pathogènes.
L’ajout de petites quantités de peroxyde n’améliore pas la qualité des plants.
IV. L’utilisation de la fibre de noix de coco comme alternative à la mousse de
tourbe
Les substrats à base de fibre de coco semblent donner de meilleurs résultats que la
mousse de tourbe.
V. Le compost comme matière fertilisante principale dans les sceaux à mèches
Un régime de fertilisation à 100 % de compost n’a pas permis une croissance comparable
à la formulation Botanicare ou une fructification intéressante de tomates dans les sceaux
à mèches.
Ceci étant dit, la composition du compost a grandement affecté la qualité des plants de
tomates. La teneur en macro nutriments (NPK) du compost semble largement déterminé
la qualité du plant. Le vermicompost Vers-Land a été significativement plus performant.
VI. La température de la solution nutritive des réservoirs des systèmes semi-
hydroponiques passifs
La différence de température de l’eau des sceaux et bacs est importante, mais s’inverse en
cours de saison.
Le blanchiment (-4 °C) et l’isolation (-1 °C) des contenants ont été les traitements les
plus efficaces de réduction de la température de l’eau. Le placement des bacs en îlot
s’avère une pratique complémentaire intéressante afin de protéger les plants les plus
susceptibles à la chaleur.
Malgré l’impact des modifications, il semble impossible de conserver une température de
moins de 25 °C en plein été. En effet, la pourriture racinaire s’est continuée malgré les
modifications apportées. Ainsi, la réduction passive de la température de l’eau des
systèmes semi-hydroponiques semble insuffisante.